Menu

11 août 2015

Lait de Tigre de Stefanie de Velasco





Belfond - Drame - 336




▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Après avoir reçu ce livre grâce à un concours avec la maison d'édition, j'ai été longtemps dubitative avant de le lire. C'est finalement lors d'une lecture commune avec Les Tribulations de Coco, que je peux le sortir de ma PAL.
Ainsi, je vous invite joyeusement à lire son avis.


Résumé

C'est l'histoire de Nini et de Jameelah, deux copines de quatorze ans qui picolent dans les toilettes du lycée, piquent des sweats dans les magasins pour le fun et enfilent des bas résille pour aguicher les passants sur le Ku'Damm. C'est l'histoire d'un quartier de Berlin où il n'y a que des tours, un terrain vague et une station de métro désaffectée. Où toutes les nationalités se côtoient, souvent pour le meilleur, parfois pour le pire. C'est l'histoire d'un crime commis pour l'honneur et qui va tout détruire. C'est l'histoire d'une jeunesse désenchantée qui cherche dans l'alcool, la drogue et le sexe l'étourdissement pour mieux pouvoir affronter la réalité. C'est l'histoire d'une amitié de filles qui, un soir d'été, va voler en éclats…

Ce que j'en pense...

Une histoire simple, légère et fictive... voilà ce à quoi je m'attendais en lisant la quatrième de couverture. Pourtant, l'auteure nous emmène bien loin de là, dans un livre réaliste, humain et touchant. Un de ceux que l'on ne peut oublier aussi facilement, tant leur réalité vous empoigne.

C'est dans la banlieue de Berlin que l'on fait la rencontre de Nini et Jameelah. Deux jeunes filles de cette génération que l'on souhaite oublier, dans une adolescence difficile. Il est inévitable de s'attacher à Nini, personnage principale et narratrice du récit, ainsi qu'à sa meilleure amie. Toutes deux sont inséparables et c'est avec une loyauté grandissante qu'elles apprennent à grandir ensemble. Ce livre est le miroir de la jeunesse actuelle, celle qui cherche des marques et qui va jusqu'à la rébellion pour ne pas être oubliée. Une jeunesse difficile qui rencontre des épreuves importantes à surmonter. Nini et Jameelah y seront confrontées, au risque de mettre en jeu leur amitié.


"Tout a une fin, sauf la saucisse qui en a deux."

Leurs caractères sont différents, mais bien en rapport avec leurs passés. Jameelah est leader, optimiste, ambitieuse, un caractère fort qui lui vaut de prendre la tête et de rendre les autres admiratifs. Enfant réfugiée d'Irak, elle porte le caractère d'une battante qui tient à la vie. Alors que Nini est une suivante, de celles qui n'osent pas et qui reste dans son innocence sans vouloir se faire remarquer. Une jeune fille dont le père est partit, et qui se sent délaissée pour une bonne raison.
Ces deux amies ont en commun plus qu'il n'y paraît: un déséquilibre familiale qui rend leur amitié indestructible.

"Ça pue les canapés millénaires où s'assoient des adultes qui savent toujours tout mieux que les autres, mais qui ont totalement foiré leur propre vie et sont tellement seuls à présent qu'ils sont obligés de se branler tous les soirs."

L'écriture se lit très facilement, n'ayant aucun artifice, il s'agit d'une écriture simple, naïve, à la hauteur de la culture des jeunes amies. Pourtant, au-delà de cette écriture simple, on comprend un réel travail de compréhension psychologique envers cette nouvelle génération. L'auteure nous la retranscrit dans toute sa réalité, avec des détails poignants, donnant cette impression d'histoire vrai. Pourtant, cette histoire l'est, réelle. Il s'agit de l'histoire de centaines de jeunes dans le monde. Car, malgré ce meurtre, qui arrive tardivement dans le livre, il s'agit bien de l'histoire d'une jeunesse oubliée, laissée-pour-compte.

Même s'il s'agit d'un livre avec peu d'action, je le conseillerais à une grande majorité de personnes. Un moyen de découvrir, mais également de comprendre la jeunesse d'aujourd'hui.


10 commentaires:

  1. Belle chronique mais le livre ne me fait pas tellement envie^^'

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu et je n'ai pas été super emballée par ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince, peut-être parce que le meurtre n'était pas le sujet principal ?!

      Supprimer
  3. Je l'ai également gagné lors d'un concours, et je t'avoue que j'hésites à le sortir de ma PAL..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... J'étais exactement pareille, et c'est une LC qui m'a décidé à le sortir !

      Supprimer
  4. Il ne me tente pas même après ton avis mais jolie chronique!

    RépondreSupprimer