Menu

12 janv. 2017

Les décharnés de Paul Clément


Résumé

« Provence. Une journée de juin comme une autre... jusqu'à ce que tout bascule dans l'horreur.
Imaginez que tous vos repères quotidiens ne soient soudain plus que des résidus du passé. C'est la situation à laquelle Patrick, un agriculteur asocial, se retrouve confronté de la manière la plus brutale possible. Et que va-t-il bien pouvoir faire de cette foutue gamine qu'il vient de sauver de ces monstres qui errent dehors ? Sa vie vient de changer à tout jamais et pourtant ce n'est que le début. »



Ce roman me faisait de l’œil depuis un moment et je dois le reconnaitre, la première de couverture ainsi que les nombreux commentaires élogieux ont eu raison de la longue liste de mes lectures en attente. 


On y suit donc les aventures (ou mésaventures) de Patrick, un vieil agriculteur solitaire, antipathique, égoïste et d’Emma, une jeune fille pleine d’innocence et de naïveté, dans une Provence dévastée et infectée de zombies affamés. Ces deux âmes, qui sont aux antipodes l’une de l’autre, vont devoir se démener pour survivre dans ce monde qui n’est plus celui qu’ils connaissaient.

La psychologie des personnages occupe une place importante dans ce roman. Si on a aucun mal à s’attacher rapidement à la petite Emma, cela s’avère plus compliqué pour Patrick, du fait de son caractère asocial. Mais au fil du roman, la constante évolution du personnage aura pour conséquence de modifier notre ressenti vis-à-vis de lui et ce, avec un certain plaisir. Ils vont devoir s’adapter l’un à l’autre et ça ne se fera pas sans quelques efforts de la part de Patrick en particulier.

Les autres personnages ne sont pas pour autant délaissés et chacun occupe une place plus ou moins importante dans le déroulement du récit. A l’image du genre humain, certains sont bien intentionnés alors que d’autres, sans surprise, le sont beaucoup moins. Et c’est cette fois-ci la petite Emma qui aura fort à faire quant à sa vision du monde. 

Ce travail sur les protagonistes et leurs caractères contribue d’ailleurs fortement à la profondeur de l’intrigue, emmenée par une plume simple mais efficace. Un style plutôt familier et franc qui nous plonge dans un récit haletant, enchaînant les scènes à suspense, parfois gores, et d’autres pleines d’émotions. On ne se lasse pas de cette redoutable alternance de sentiments qui nous fait complètement dévorer ce roman du début à la fin. 

Quant à la fin, justement, c’est une véritable claque ! Un dénouement ouvert qui laissera votre imagination travailler un peu, juste comme il faut. 

Pour conclure, ce roman est la preuve parfaite qu’en termes de littérature post-apocalyptique zombie, nous n’avons en France rien à envier aux plus grandes références étrangères. A consommer sans modération !

1 commentaire:

  1. Il se trouve dans ma PAL et tu donnes terriblement envie de le lire ! J'aime ce genre d'univers post-apocalyptique :D

    RépondreSupprimer