Menu

24 févr. 2017

La danse de l'araignée de Laura Alcoba




Résumé

"Bavarder entre la banlieue parisienne et la prison argentine où se trouve mon père, c'est un peu comme du tir à l'arc - avec de l'exercice et un peu d'application, on arrive à atteindre le point de mire, l'endroit précis du calendrier où nous nous sommes donné rendez-vous. Il faut juste me laisser le temps de glisser ma nouvelle petite clé dans la boîte aux lettres métallique, attendre que je déchire l'enveloppe.
Voilà, j'y suis"
On retrouve dans La danse de l'araignée la tonalité légère et acidulée qui faisait tout le charme de Manèges - la jeune narratrice racontait alors son enfance en Argentine au temps de la dictature - comme du Bleu des abeilles, qui retraçait son arrivée en banlieue parisienne et l'apprentissage émerveillé de la langue française. Ici, c'est le temps de l'adolescence qui est évoqué. Ses bouleversements troublants et la correspondance régulière avec le père emprisonné tissent une toile subtile où présent, passé et imaginaire prennent tour à tour le dessus.

Ce que j'en pense...


La danse de l'araignée nous offre un récit fait de fragments de vie, d'anecdotes, de souvenirs, racontant l'adolescence d'une jeune fille, dans la banlieue parisienne, loin d'un père. Des bribes de vies sincères et touchantes, avec de divers sujets qui ont pu la marquer, passant de la danse d'une araignée, au port du premier soutien-gorge. Des moments parfois ordinaires de sa vie, qui cachent une grande maturité.

A travers ces mots, on rencontre une jeune fille délicate, sensible et forte à la fois, à l'image de "la danse de l'araignée". C'est avec une écriture douce et poétique, que l'auteur nous conte ses mémoires et nous laisse découvrir le chemin qu'elle a parcouru, loin de son père, prisonnier politique en Argentine. Leurs échanges épistolaires les rapprochent l'un de l'autre, malgré la distance, montrant un père protecteur, qui continu de prendre soin de sa fille et qui s'inquiète de sa réussite. Une complicité touchante et bouleversante.

La danse de l'araignée est précédé de deux ouvrages, Manèges et Le bleu des abeilles, relatant l'enfance de la jeune Laura. Cependant, la douceur de ce dernier livre, n'empêche pas de le lire indépendamment des précédents, comme je l'ai fait. En revanche, la forme du récit, fait par bribes, peut être un frein à la lecture, pour certains d'entre nous. 



Une très belle histoire à découvrir, mais soyez sincèrement intéressés, pour pleinement l'apprécier.

2 commentaires:

  1. Je ne suis pas certaine que cette lecture soit pour moi.
    Le résumé ne me tente pas, à vrai dire, donc je ne compte pas le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprend parfaitement ! C'est pour cette raison que j'ai précisé qu'il fallait vraiment être intéressé par cette lecture.

      Supprimer