Menu

13 août 2017

Mon hypersensibilité et moi


Rire et pleurer, sont des actions parfois incontrôlables, que nous avons tous subi, un jour. Mais lorsque la joie et la tristesse se mélangent pour amener un tsunami d'émotions physiques et mentales... c'est un genre de spasme émotionnel intense et ingérable qui vous submerge. A partir de là, j'ai compris que j'avais beaucoup de mal avec la gestion de mes émotions qui étaient décuplées et j'ai pris conscience de mon hypersensibilité.

Enfant, je pleurais lorsque j'entendais crier, peu importe vers qui les cris étaient tournés, d'ailleurs. Je pleurais dès que la fatigue pointait son nez - et encore aujourd'hui. Je n'ai pas fait de crise d'ado, mais j'ai très mal vécu mon adolescence puisque j'avais l'impression de ne rien réussir. Le moindre échec peut me faire tomber très bas. Je peux pleurer d'un moment à l'autre, très souvent parce que j'ai du mal à avancer et que je ressasse tout le temps tout. Il m'est impossible d'avoir une réelle dispute, sans regretter et culpabiliser sur les conséquences de mes paroles. Et bien souvent, ma colère se traduit par des larmes. Alors je m'enferme sur moi-même, pour éviter tout conflits.

C'est difficile de faire face à ces tourbillons émotionnels, qui même à nous, peuvent nous paraître disproportionnés. On se sent dans l’exagération, sans trop comprendre, et les autres aussi, pensent qu'il s'agit d'une pseudo-comédie...

Je n'arrive pas à prendre de recul sur les choses et je prends les choses (beaucoup) trop à cœur. 

Apparemment, l'hypersensibilité toucherais 20% de la population et ce trait de caractère n'a rien d'une pathologie qui se soignerait. Les personnes qui en sont "victimes" sont souvent à vif émotionnellement, et réagissent de façon incontrôlable et parfois irrationnelle pour les autres. Mais aussi à vif physiquement, elles seraient sensibles aux bruits, à la lumière, aux frottements, aux caresses, aux allergies, etc.


En me renseignant sur le sujet, j'ai découvert que beaucoup de mes traits de personnalité auraient un lien avec cette hypersensibilité. Et pour tout avouer, ça me ravie.

A commencer par l'empathie. J'ai souvent été considérée comme une bonne oreille et j'apprécie que les gens puissent se confier à moi. Mais bien souvent, je me suis mise à penser pendant des jours aux problèmes des autres, comme s'ils étaient miens. Que je le veuille ou non, j'ai tendance à absorber les émotions des autres. Si cet aspect n'a rien d'enviable au premier abord, il m'a permis d'acquérir une expérience à travers les autres et d'éviter de revivre ces situations dans ma vie personnelle.

Donner un sens à sa vie. Voilà la grande question de toute une vie. Une question sur laquelle j'ai dû me poser durant de nombreuses soirées, dans mon adolescence. Comme un besoin. Et me rendre utile, aider les autres, était le sens que je souhaitais donner à ma vie - aujourd'hui encore. Mais, d'où venons-nous ? Qui a-t-il après la mort ? Ce sont des questions, qui font parties de mes grandes fascinations et qui ont même développées ma curiosité envers le "paranormal". (Ah, cette hypersensibilité...)

Dépendant du regard des autres. J'ai terriblement peur du jugement des autres, parce que je l'ai vécu et que je le vis toujours. Qui n'a pas peur du regard que les inconnus posent sur nous, très souvent de façon négative et perverse ?

Créatif et intuitif. Bien que je ne tienne pas en place, j'adore toucher à tout et créer n'importe quoi. Du dessin, de la peinture ou de l'écriture, c'est notamment ce point qui m'a beaucoup aidé pour travailler en centre de loisirs. Mais c'est surtout la photographie, mon meilleur moyen d'expression. En revanche, il est difficile d’émettre un avis objectif sur l'intuition...


Il est difficile de mettre des mots sur ce qu'on ressent, mais j'avais envie de vous parler de cette hypersensibilité que j'ai eu du mal à comprendre et qui peut être mal perçue. Pourtant, celle-ci serait apparemment, un facteur de traits de caractères que j'apprécie particulièrement chez moi. Alors oui, je l'aime bien cette hypersensibilité, moi.


L'êtes-vous ? Si oui, comment cela se traduit chez vous ?
Ou, en connaissez-vous, simplement ?


 
 

12 commentaires:

  1. Super article!je suis aussi hypersensible et ce qui me dérange le plus, c'est mon incapacité à prendre du recul et mon empathie. Parce que du coup les gens me racontent tous leurs priblemes sans se rendre compte que certes, je suis une bonne oreille, mais j'en souffre car j'absorbe leurs problèmes comme si c'était les miens. Meme si je dois reconnaitre que l'empathie m'aide beaucoup dans mes études de manière assez inattendue :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai la chance d'être une bonne oreille mais que les gens n'en abusent pas et je pense que c'est bien rare (en même temps, je suis très peu entourée). Mais c'est vrai que ces "problèmes" s'avèrent être de véritables bénéfices par certains aspects !

      Supprimer
  2. Très bel article qui met des mots sur un sujet souvent mal compris et tabous. Pour ma part, je suis une hyperhypersensible. Juste le fait de voir un félin courir dans la savane me fait pleurer à chaude larme car c'est juste beau. Magnifique! Juste parce que l'animal est libre!!! Alors imagine mon quotidien... Avec un amoureux qui pogne les nerfs pour rien, un travail où je côtoie la maladie à tous les jours ainsi que l'euthanasie d'être chers. Pas évident pour une personne hypersensible! Alors je comprend très bien comment tu peux te sentir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, ton quotidien n'a rien de simple pour une personne hypersensible ! Je remarque que les pleurs sont récurrents pour les personnes comme nous, et c'est assez drôle de voir que c'est la réaction la plus "puissante" finalement. En tout cas, plein de courage pour les jours difficiles !

      Supprimer
  3. Ca fait du bien de lire un article qui en parle ! Je suis hypersensible aussi et c'est un calvaire au quotidien... Je pleure très souvent quand je suis heureuse, triste, émue ou lors de séparations et j'ai tendance à passer pour une dérangée. Je me met aussi en colère assez facilement et je ris énormément aussi, pour un rien, juste parce que je suis heureuse. Je ne savais pas que l'hypersensibilité pouvais causer ces réactions physiques mais la description que tu en as faite me caractérise complètement !
    Je pense qu'il ne faut pas avoir honte de cela, c'est vrai que c'est handicapant. En tout cas ça l'est pour moi, je ne peut rien contrôler, mes émotions sortent toutes seules et semblent décuplées par rapport aux autres. Mais c'est comme ça, on n'y peut rien.. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les séparations... Elles peuvent créer des crises de larmes bien longues même. Moi même, je rigole tout le temps, pour rien. D'ailleurs, un simple objet perdu peut provoquer des réactions totalement inattendues... C'est très handicapant, et difficile de voir les autres nous dire souvent "non, mais, ce n'est rien !", alors que pour nous, c'est énorme.
      Mais au final, voir la vie à notre façon, ça me fait penser qu'on en profite peut-être plus que les autres, parce qu'on attache plus d'importance aux détails... C'est poétique comme vie, avec ses hauts et ses bas. :)

      Supprimer
  4. Très intéressant comme article :)
    Je dois dire que je ne sais pas si je peux me qualifier d'hypersensible mais je me reconnais dans la première partie de ton article. D'un autre côté, pleins d'autres points ne me correspondent pas du tout donc je ne sais pas.
    En tout cas, c'est intéressant d'en savoir un peu plus sur toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'hypersensible ou non, nous avons tous nos sensibilités. Certaines personnes attachent plus d'importances à certaines choses que d'autres et y sont plus sensibles. Après, ces points ne forment qu'une généralité et moi-même, je ne me suis pas retrouvée dans chacun d'eux en y voyant une révélation. :)
      Merci pour ton retour en tout cas !

      Supprimer
  5. Personnellement, j'ai toujours vu mon hypersensibilité comme un boulet à mes chevilles. Un phénomène que je n'ai jamais pu contrôler, ce qu'on m'a pas mal reprocher. Il faut dire que depuis presque 10 ans, je passe du rire aux larmes et suis une véritable éponge. Complètement à fleur de peau, je ressens tous et pas toujours des choses des plus agréables. Je pars au quart de tour, le moindre petit événement a toujours une conséquence émotionnelle sur moi.

    Généralement, les gens te voient comme quelqu'un "qui chiale tout le temps pour rien", se met en colère de façon démesuré.

    Pour ma part, s'il y a bien une chose de positive que je peux retenir, c'est cette sensibilité à la musique et aux mots. J'ai pu écrire des textes, monter sur scène (pas facile quand tout ce que tu ressens transparaît sur ton visage et dans ta voix) mais pour une fois, oui pour une fois je me suis dis qu'à défaut de subir cette hypersensibilité, je pouvais l'utiliser pour faire des choses que j'aime et faire passer des émotions.

    Je te remercie pour cet article, ça m'a parlé et j'ai appris des choses que je ne savais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis totalement d'accord avec toi, et avouons que ça peut-être difficile pour quelqu'un de comprendre les réactions différentes d'une autre personne. Pourtant, nous sommes comme ça, normal ou pas, on ne peux pas changer cette nature initiale. Alors si à première vue, il y a beaucoup de points négatif à être hypersensible, je ne perds pas espoir qu'on puisse réussir à apprivoiser un minimum nos émotions.

      Pour la musique, garde ça en tête alors, et dis-toi que sans cette hypersensibilité, sans être celle que tu es avec ça, tu n'aurais peut-être pas connu le bonheur de la musique. Et ça, c'est beaucoup pour contrer les points négatifs de l'hypersensibilité !

      Supprimer
  6. ça fait toujours plaisir de voir qu'on est pas tou.te.s seul.e.s et de se sentir compris.es ! Je suis hypersensible depuis toute petite et je ne l'ai véritablement compris qu'en 2015. Et si avant je ne voyais ça que comme une tare dont je souhaitais me débarrasser pour être plus "normale", aujourd'hui je refuserais catégoriquement qu'on me l'enlève. Je ne nie pas pour autant à quel point c'est l'agonie parfois... et je ne dirais pas non plus que je sais mieux gérer mes émotions qu'avant, je ne sais pas si j'y parviendrai un jour à vrai dire. Mais j'aime beaucoup lire des choses à ce sujet ou en regarder des vidéos. ça me permet de mieux me connaître en quelques sortes. ça fait très longtemps que j'aimerais en faire un article d'ailleurs, j'espère me décider un jour mais c'est très difficile à expliquer. En me filmant j'aurais encore plus de mal je crois car encore plus compliqué de trouver les bons mots à l'oral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est extremement difficile de réussir à mettre des mots sur ce que l'on ressent et encore plus avec l'appréhension du regard des autres. Je dirais que le principal est déjà de s'être comprise, de mieux se connaître pour pouvoir apprendre à "vivre avec". Bon courage à toi, en tout cas.

      Supprimer